Statut social

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Sommaire

Vous êtes sur le point de créer votre entreprise. En tant que dirigeant, vous ne savez quel régime choisir pour votre statut social. On vous parle de la possibilité d'exercer votre direction en tant que salarié mais rien n'est clair... Le point sur le statut social du dirigeant.

Définition du statut social du dirigeant d'entreprise

Poser la question du statut social du dirigeant équivaut à poser celle de sa position en tant que travailleur indépendant ou salarié. En effet, le dirigeant personne physique peut être soit considéré comme « travailleur non salarié », ce qui lui ouvre un régime spécifique de Sécurité sociale s'apparentant à celui des personnes exerçant sous la forme libérale ou de manière indépendante.

Mais, selon le type de société en question, le dirigeant peut également être assimilé salarié, lui ouvrant alors la voie au régime normal des salariés tel que prévu communément. Voyons dès lors plus en détail les différentes possibilités offertes pour le statut social du dirigeant.

Statut social du dirigeant : caractéristiques

Le statut social du dirigeant dépend de la forme de la société en question. 

Typologie

Voici en quelques éléments, les régimes applicables aux dirigeants des principales sociétés françaises : 

  • SARL : il faut distinguer entre gérant majoritaire (en parts au sein de la société) et minoritaire :
    • le gérant majoritaire est TNS ;
    • le dirigeant minoritaire est rattaché au régime des « assimilés salariés ».
  • SAS : par définition, le président ou dirigeant de SAS est également assimilé salarié ;
  • SA : le président et ou les directeurs généraux sont assimilés salariés.

Voyons désormais les principales différences entre le régime de travailleur non salarié et le régime du dirigeant salarié.

Travailleur non salarié

Le dirigeant d'entreprise non éligible au régime commun des salariés, soit le travailleur non salarié, est son propre patron. Cela signifie qu'il n'est lié en aucune façon par un lien de subordination avec une personne qui lui serait supérieure en hiérarchie.

Le travailleur non salarié ne bénéficie pas de congés payés, ni d'indemnité chômage en cas de cessation d'activité. Il cotise pour sa retraite et le risque maladie auprès de l'agence de Sécurité sociale pour les indépendants (ex RSI - régime social des indépendants). Le versement de sa rémunération est moins lourde pour l'entreprise en termes de cotisations sociales, mais également en termes de gestion (déclaration URSSAF...).

Depuis le 1er janvier 2019, toute personne qui crée ou reprend une activité indépendante est automatiquement affiliée à l’Assurance Maladie pour sa couverture santé obligatoire. Elle est attachée à la CPAM de son lieu de résidence.

Dirigeant assimilé salarié

Le dirigeant assimilé salarié cotise auprès du régime général de droit commun. Il perçoit (sauf exception) une rémunération du fait de ses fonctions au sein de la société.

Le régime des assimilés salariés renvoie au régime de droit commun des salariés en matière de Sécurité sociale. Toutefois, le dirigeant éligible ne bénéficie pas de l'indemnité chômage à son départ. Il s'agit d'un régime hybride. Le dirigeant salarié peut toutefois contracter une assurance privée pour pallier ce risque.

En conclusion, il n'y a pas un choix meilleur que l'autre. Tout dépend des circonstances de fait, de la forme de la société et de la volonté de ses associés.

Création d'entreprise : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur les différents statuts
  • Des conseils sur les formalités et le financement de votre projet
Télécharger mon guide