Redressement judiciaire

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2019

Sommaire

Votre société rencontre des difficultés financières. Vous pensez pouvoir vous en sortir, mais la situation est compliquée.

Pour sortir la tête de l'eau, avez-vous pensé au redressement judiciaire ? Cet article fait le point sur cette procédure, son déroulement et les solutions qu'elle peut apporter aux entreprises en difficulté.

Redressement judiciaire : qu'est-ce que c'est ?

Lorsqu'une entreprise fait face à de grandes difficultés financières, il se peut qu'elle soit en état de cessation des paiements. La cessation des paiements est le fait de ne plus pouvoir faire face à son passif exigible, c'est à dire à ses dettes, avec son actif disponible.

La justice peut, en ce cas, aider la société à poursuivre son activité via l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire. Cette procédure est définie par l'article L 631-1 du Code de commerce. Elle permet à l'entreprise de poursuivre son activité et de maintenir l'emploi, tout en réglant progressivement ses dettes.

La procédure de redressement judiciaire intervient devant :

  • le tribunal de commerce pour les sociétés commerciales ;
  • le tribunal de grande instance pour les professions libérales.

Elle peut être ouverte de deux façons :

  • sur demande du professionnel libéral ou de la société elle-même, par une déclaration de cessation des paiements ;
  • sur demande d'un créancier de la société, par une assignation en justice.

La procédure nécessite la désignation de deux auxiliaires de justice :

  • un mandataire liquidateur, qui représente les créanciers de l'entreprise ;
  • un administrateur judiciaire, chargé d'assister le dirigeant de l'entreprise dans sa gestion quotidienne.

Comment se déroule une procédure de redressement judiciaire ?

Période d'observation

Lors de l'ouverture de la procédure, le tribunal fixe la date de cessation des paiements au vu des éléments qui lui sont remis par le débiteur et / ou les créanciers de l'entreprise.

S'ouvre alors une période dite « d'observation » :

  • Elle dure 6 mois et est renouvelable une fois. Les créances antérieures sont gelées.
  • Il s'agit d'une période d'attente et d'analyse qui permet de déterminer si oui ou non l'activité de la société peut être poursuivie.

À l'issue de cette période, l'entreprise peut envisager un plan de redressement, aussi appelé plan de continuation. Un plan de cession peut également être mis en place.

Plan de continuation

On envisage un plan de continuation de l'entreprise lorsqu'il existe une possibilité sérieuse de sauvegarder l'activité de la société. En ce cas, le tribunal arrête un plan qui met fin à la période d'observation.

La procédure afférente au plan de continuation est prévue par les dispositions combinées des articles L 626-1 et suivants et L 631-19 et suivants du Code de commerce :

  • Le plan est élaboré conjointement par le dirigeant de l'entreprise et l'administrateur judiciaire.
  • Il prévoit un échéancier de règlement des créances qui ne peut aller au-delà de 10 ans.
  • Si le plan est adopté par le tribunal, un commissaire à l'exécution du plan est désigné pour veiller à son exécution. Il s'agit généralement l'administrateur judiciaire.

Plan de cession

Selon l'article L 642-1 du Code de Commerce, la cession de l'entreprise a pour but « d'assurer le maintien d'activités susceptibles d'exploitation autonome de tout ou partie des emplois qui y sont attachés et d'apurer le passif » :

  • L'entreprise peut être cédée partiellement ou totalement à un repreneur, prêt à injecter des fonds pour poursuivre l'activité.
  • Lorsque le tribunal, après examen des bilans et de la situation, conclut qu'une cession totale ou partielle de l'entreprise est possible, il fixe un délai dans lequel les offres de reprise doivent parvenir à l'administrateur et au liquidateur.

Le tribunal statue après :

  • avoir recueilli l'avis du ministère public ;
  • avoir entendu, ou dûment appelé, le débiteur, le liquidateur, l'administrateur et les représentants du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel et les contrôleurs.

Il retient (article L 642-5 du Code de Commerce) l'offre qui :

  • permet d'assurer durablement l'emploi attaché à l'entreprise ou à la branche d'activité cédée ;
  • rend possible le remboursement des créanciers ;
  • présente les meilleures garanties d'exécution.

Redressement judiciaire : quelles sont les autres issues ?

Liquidation judiciaire

À l'expiration de la période d'observation, il peut s'avérer que la poursuite de l'activité ne soit pas possible et que ni plan de continuation, ni cession de l'entreprise ne soient envisageables.

Le tribunal convertit alors la procédure en liquidation judiciaire. Cette procédure consiste à vendre les biens de la société pour pouvoir rembourser ses dettes.

Clôture de la procédure

Par extraordinaire, la société peut retourner immédiatement à meilleure fortune et redevenir en mesure de régler l'ensemble de ses créanciers.

Dans un tel cas de figure, le tribunal peut, à la fin de la période d'observation, prononcer la clôture de la procédure. La société retrouve alors toute liberté d'action.

Pour approfondir la question :