Compétitivité prix

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

La compétitivité désigne la capacité d’une entreprise (ou d’un pays) à conserver ou à augmenter ses parts de marché malgré la concurrence.

La compétitivité prix désigne la capacité d’une entreprise à tenir des prix plus bas que ceux de ses concurrents. Elle se distingue de la compétitivité hors prix, qui prend en compte d'autres paramètres (qualité, innovation, image de marque, etc).

Cet article fait le point sur les trois facteurs pouvant influencer la compétitivité prix, le coût du travail, le taux de marge et le taux de change.

Coût du travail : la productivité en lien direct avec la compétitivité prix

Ce terme désigne l'ensemble des dépenses de l'entreprise liées à l'utilisation de la main d'œuvre. Le coût du travail comprend :

  • les salaires bruts versés aux salariés ;
  • l'ensemble des charges sociales payées par l'employeur ;
  • l'ensemble des services en nature qu’une entreprise fournit à ses salariés, réductions sur les tickets restaurants, titres de transport, etc.

Pour les économistes, l'indice du coût du travail (ICT) donne l'évolution du coût horaire du travail de la main d'œuvre salariée par secteur d'activité (industrie, commerce et tertiaire). Harmonisé au niveau européen, l’indice ICT est publié trimestriellement.

Selon selon d’Eurostat, à la mi- 2015, la France figurait parmi les pays moins bien classés de l'UE :

  • L’indice du coût de la main-d'œuvre atteignait en effet 36,20 € dans l'ensemble de l'économie marchande, contre 33,95 € en Allemagne et 27,69 € en Italie.
  • Malgré cela, le différentiel entre le coût salarial unitaire français et allemand à tendance à se réduire depuis 2012.

Amélioration de la compétitivité prix par un bon taux de marge

Ce taux désigne le pourcentage de gain ou de perte d'une entreprise lorsqu’elle produit un bien ou un service, par rapport à son coût d'achat ou de production :

En économie d’entreprise, ce taux marge est obtenu en divisant la marge commerciale (différence entre le prix de vente et le prix d'achat de biens ou de services) par le prix de vente (hors taxe) des marchandises vendues.

Selon l’INSEE le taux de marge des entreprises françaises s’améliore. En 2015, il a progressé de 1,8 % pour atteindre 31,4 %.

D'après les experts, cette amélioration est notamment imputable :

  • à la baisse des taux d’intérêt ;
  • à celle des prix du pétrole ;
  • à la mise en place du crédit d'impôt compétitivité et emploi (CICE) en 2013.

Compétitivité prix et entreprises exportatrices : rôle du taux de change

Le taux de change est la contre-valeur d'une monnaie par rapport à celle d'un autre pays :

  • S’il est fixe, ce taux de change est déterminé par un État ou une banque Centrale.
  • S’il est variable, c’est le jeu de l’offre de la demande qui détermine la valeur de la monnaie sur le Forex (Foreign Exchange), où les devises convertibles s’échangent.

Ce taux de change à une importance considérable dans la fixation de la compétitivité prix des entreprises exportatrices :

  • En effet, si l'euro procure une stabilité totale des changes à l'intérieur du vieux continent, son taux de change extérieur (avec les autres devises mondiales) est instable.
  • Ces fluctuations affectent l’activité des exportateurs. Par exemple, en raison de l'instabilité du taux de change en dehors de la zone euro, les produits de l’UE vendus en zone dollar sont moins compétitifs. Ceux achetés en billets verts sont meilleur marché, donc plus prisés.

Compétitivité prix et compétitivité hors prix

La compétitivité hors prix joue aussi un grand rôle dans la réalisation de profits par l'entreprise. Elle peut être définie comme la capacité d’une entreprise à vendre ses produits ou services indépendamment de leur prix, en raison de leur valeur ajoutée.

La compétitivité peut donc avoir d’autres déterminants que le prix. On parle alors de compétitivité « structurelle » :

  • Basée sur la qualité des produits, l’innovation qu’ils apportent et les services pouvant être vendus en corollaire, cette compétitivité structurelle ne peut être acquise qu’après un certain temps.
  • En effet, elle implique une image de marque forte. Elle exige aussi une forte capacité d’investissement pour se maintenir.

Pour approfondir le sujet :