Économie d'échelle

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2021

Sommaire

Les économies d’échelle désignent la diminution du coût de production unitaire d’un produit (ou d’un service) lorsque la production augmente. C'est par exemple le cas des écrans plasma, onéreux il y a quelques années et devenus abordables depuis qu'ils sont produits en masse.

Ces économies d’échelle résultent de la baisse des coûts fixes unitaires et de leur amortissement, mais aussi d’effets d’économies réalisées sur les coûts d’apprentissage et d’approvisionnement.

Le point maintenant.

Définition d'une économie d’échelle

Les économies d’échelle sont liées à la diminution du coût moyen de production découlant de l'accroissement des quantités produites.

En effet, fabriquer en grande série réduit le coût unitaire de production, autrement dit le coût pour produire un exemplaire ou unité d'un produit. Pourquoi ? Parce que les coûts fixes occasionnés par l’utilisation des machines sont les mêmes, quel que soit le volume de production. Mais plus le nombre de produits fabriqués est important, plus la part de ces coûts fixes entrant dans le coût total d'une unité diminue, autrement dit plus le coût total unitaire diminue.

Les économies d’échelle se sont accrues avec la mondialisation des échanges. Le plein-emploi d’une chaîne de production par exemple permet de diminuer les coûts fixes unitaires et de réduire le coût moyen unitaire. De même, des effets d’apprentissage (à force de répéter les mêmes opérations, la dextérité s'améliore) et une meilleure maîtrise des coûts jouent positivement.

Économies d’échelle internes et externes

Traditionnellement, on distingue les économies d’échelle internes et externes.

Économies d’échelle internes

Les économies d'échelle internes proviennent de la diminution du coût de production unitaire à mesure que la production d’une entreprise augmente.

Les coûts fixes (salaires, installation, loyers, etc.) sont alors mieux répartis sur un nombre important de produits.

Économies d’échelle externes

Les économies d’échelle externes profitent à toutes les entreprises opérant dans le même secteur dès lors que la production augmente.

  • Plus cette production globale progresse et plus les infrastructures liées à cette production s’améliorent.
  • La production de la branche fait alors baisser le coût moyen de production global, par exemple parce que les fournisseurs acceptent de faire des ristournes du fait de l’augmentation des volumes.
  • Par effet induit, la qualification du personnel croît (économie d'apprentissage), ce qui a un effet positif sur la productivité de l’ensemble du secteur.

Économies d’échelle : effets et secteurs les plus concernés

Les économistes estiment que les économies d’échelle internes ont tendance à favoriser une situation de monopole tandis que les économies d’échelle externes sont compatibles avec la concurrence, dans la mesure où elles profitent à toutes les entreprises d’une branche donnée.

Historiquement, on constate que les économies d’échelle sont à l’origine d’une concentration et d’une spécialisation des entreprises, qui ont tendance à recourir à l’externalisation pour les activités de fonctionnement périphériques (la logistique par exemple).

C’est surtout dans les secteurs économiques à coûts fixes élevés, comme l’industrie ou dans les secteurs impliquant d’importants investissements en R&D (industrie pharmaceutique, aéronautique, etc.), que les économies d’échelle jouent le plus.

Quel que soit le secteur d’activité, c’est à la fonction marketing et à la gestion de la qualité qu’il appartient généralement de développer des offres capables de générer des économies d'échelle et de réduire les coûts fixes unitaires d’une entreprise.

Pour en savoir plus :

Aussi dans la rubrique :

Croissance externe

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider